lundi 10 mai 2010

et une peine d'amour pour madame!

C'était décidément pas mon week-end... Après avoir failli faire un burn out live vendredi, je me suis aperçue que j'étais plus qu'angoissée à l'idée de rentrer au boulot ce matin. Je vous écris donc grâce à ma dernière journée maladie. Un indice que vous passez une année de merde? Z'avez plus de journée maladie le 10 mai alors que l'école finit dans un mois et demi et que c'est là que vous n'allez pas bien. Moche.

À bout de souffle au boulot, angoissée à l'idée de déménager seule pour la première fois de ma vie, brûlée des 3 derniers mois de célibat où j'ai abusé de tout, déçue quand même de mon histoire avec Hot Man qui était devenu moins hot depuis que nous étions séparé en continuant de partager un appart, j'ai dû prendre, hier, une décision qui me tue à petit feu.

Depuis février, je fréquentais un gars en couple. Je sais, je suis l'autre femme. La garce, la bitch, la briseuse de ménage pour celles qui sont de nature jalouse. Je suis aussi la pathétique, celle qui est en stand by, qui attend et qui ne peut se permettre de se plaindre parce qu'une maitresse se doit d'être divertissante pour ceux qui croient que ce n'est ni tout blanc ni tout noir la vie.

Je ne suis pas une personne patiente de nature. Sauf quand j'aime. Et cet homme là, il est arrivé dans ma vie comme un éclair. Il est fait pour moi. J'en suis tombée amoureuse. Malgré toutes les barrières que j'essayais de mettre, j'avais en tête des images de voyages, de matinée au lit à rêver et de bébés roucoulants. Oui, moi, je rêvais de bébés roucoulants. Il m'a donné du temps, beaucoup, depuis des mois. Il a fait ce qu'il a pu avec sa situation, mais ce n'était pas assez pour mes besoins au moment où le barrage commençait à craquer de partout.

Hier, je lui ai dit que nous ne devions plus nous voir. J'ai dû prendre la décision. Elle m'appartenait de toute façon. Il était aussi brûlé que moi, il ne l'aurait pas fait. Les hommes sont faibles devant nos émotions. Ils nous voient rarement couler alors ils s'imaginent que c'est passager quand on est sur une pente descendante.

C'est un peu l'équivalent de devoir se faire couper le bras, mais de devoir choisir lequel par soi-même devant le bourreau... Je savais que ca devait finir, malgré tout l'amour que j'ai pour lui. Encore. Depuis que je lui ai annoncé, après avoir pleuré pour la première fois depuis des mois, c'est vide à l'intérieur de moi. Une douleur qui me rappelle celle ressentie quand j'ai perdu mes bébés. Un genre de creux qui brûle et qui ne s'éteint pas. Inquiétant.

Si on m'avait dit que je vivrais une peine d'amour à 30 ans... Je ne me souvenais même plus c'était quoi. Et, pour être franche, c'est pas plus facile à 30 qu'à 15 ans. Ce sont les mêmes «peut-être qu'il se battra pour me retrouver», «peut-être que, là, il réalise combien il m'aime», «peut-être que tout va bien finir»... Parce qu'en plus, je sais qu'il m'aime. Aucun doute là-dessus. Cette nouvelle information ajoute l'humiliation à la douleur: j'en ai pas valu la peine. Voilà, c'est dit. Je n'en ai pas valu la peine.

Je retourne à mon lit pleurnicher un peu. Nan. Je vais d'abord aller fumer.

De retour de la pause autodestruction étape 1:
Vous avez une idée quant à savoir pourquoi il fait toujours un putain de soleil rayonnant les jours où vous souhaiteriez que tout le monde soit aussi triste que vous? C'est pas pour rien que j'ai toujours dit que la vie était une salope! Elle pourrait juste aller baiser quelqu'un d'autre et me foute la paix la garce.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Beauté, beauté, beauté....

Je ne laisse pas souvent de commentaires... mais je lis toujours, et ce, depuis le début.

Je crois que tu as pris la bonne décision concernant ta relation. Tu dis que tu n'en valais pas la peine...? Je crois plutôt que c'est lui qui n'a pas pris la peine de voir tout ce que tu pouvais apporter. Un homme qui peut sauter la clôture pour toi... la sautera une autre fois pour une autre. Tu mérites un homme fougueux, amoureux, câlin, romantique, gentil et surtout... juste à toi. Je ne te juge pas. Je te dis simplement que tu vaux mieux.

Prends du temps pour toi. Prends-en moins sur tes épaules. Permets-toi d'être heureuse, tu y as droit.

Le bonheur ça commence par se dire qu'on le mérite. Je parle en connaissance de cause. Faut pas le chercher, faut l'accepter. Voir les belles choses pour trouver moins pires les choses dégueulasses de la vie.

Et vivre seule, tu sais quoi?? C'est génial.

C'est tellement mieux qu'un coloc puant qui ne ramasse rien et attende qu'on le torche, qui te bouffe ta nourriture... Et autres niaiseries. En plus, ça va te permettre de te retrouver, de penser à toi, de péter des coches sans personne pour juger, de manger n'importe quoi sans personne pour te dire "tu vas grossir", te promener habillée tout croche sans t'inquiéter d'autre chose que la porte qui sonne.... en te disant "fuck it, je réponds pas!"

Attention à toi...

marâtre

Anonyme a dit…

Marâtre a raison! C'est un con egocentirique. Il t'aurait surement trompé un jours... Il avait sans doute d'autres maitresses! Je suis sûr qu'un jours tu vas te demander ce que tu foutais avec cette urluberlu.

Il te faut quelqu'un de passionné de la vie qui ne voudra pas te changer et qui saura te surprendre et t'amener vers de nouveaux horizons.

La vie peut-etre belle en compagnie d'un tel homme. Garde espoire! C'est juste un con!

Une Peste! a dit…

Pas facile hein?

Lorsqu'on aime si fort, c'est pas simple de se convaincre de partir. Même lorsque c'est de notre mieux-être qui est dans la balance. Le sentiment amoureux est tellement agréable. Malheureusement, parfois, cette émotion vient avec un lot de frustration qui le ternisse. Etre "l'autre" en est un.

On a envie de sauver sa peau et même temps qu'on aimerait si fort que les choses se soient présentés autrement. Et si? Et si? qu'on se répète.

Prends soin de toi. Je peux seulement te souhaiter que la peine s'apaise peu à peu. Ça viendra, j'en suis sûre.

Cath

Anonyme a dit…

Ma belle, ma douce...

Je suis certaine que ta décision est la meilleure. Pourquoi vivre d'illusions quand la réalité est toute autre? Tu sais couper quand il le faut, car il le fallait. Oh oui! Tu aurais pu vivre ainsi pendant des années, en te laissant des à croire. Mais tu es sage dans ta décision qui est oh! ma foi fort difficile et très douleureuse, mais combien sage. Ton coeur savait que tu étais en danger émotivement parlant, et une petite voix t'a sûrement dicté d'agir. Vivre seule t'apportera sûrement la paix, mais aussi, peut-être, la solitude que tu redoutes. Apprivoise-la, elle deviendra ton amie et non ton ennemie.

J'espère que tu sauras te pardonner d'avoir eu ces mots que tu ne voulais pas prononcer, ou qui étaient pour toi de provoquer un ultimatum. Il les méritaient de toute façon. Et s'il a mal, eh bien tant mieux!

Il ne te méritait pas. Point final.

Marie-Andrée a dit…

C'est vraiment gentil de votre part de vous soucier de moi. Même si je suis d'accord avec vous sur certains des nombreux points que vous apportez, je ne peux pas penser du mal de cet homme.

Il fait de son mieux, comme je fais de mon mieux en tout temps. On ne peut pas donner ce qu'on n'a pas et là, ce qu'il n'a pas c'est du temps.

Du temps, moi, c'est tout ce qu'il me reste. Et ça tombe bien parce qu'il paraît qu'il finit par tout arranger...

Val a dit…

Salut, inconnue-dont-je-lis-le-blogue,

Je connais ta situation. Par coeur. Pour l'avoir vécue.

Le mien avait laissé sa blonde pour moi : j'étais au paradis, je me disais que j'avais bien fait de l'attendre, de le comprendre, de l'écouter, de l'aimer autant.

Trois mois plus tard, je le sentais distant, ça n'a plus fonctionné, on s'est laissés. Et j'ai alors appris qu'il me trompait avec son ex et avec une autre fille.

Sérieusement... T'es chanceuse de ne plus le fréquenter, ton gars. Même si tu penses à lui tout le temps et que tu es convaincue que tu ne rencontreras jamais personne d'autre d'aussi parfait que lui : bin t'as tort.

Point.

Continue d'écrire, on ne te lit pas assez souvent, je trouve!

Marie-Andrée a dit…

C'est fait, il l'a laissée. Mon dieu!

Une Peste! a dit…

Il l'a fait?!?

Et toi, t'as une idée de ce que tu vas faire?

L'amant a dit…

Bonjour à tous!

C'est moi le rapace qui a tant fait souffrir Marie-Andrée. Je n'en suis pas fière, mais ce qui est arrivé est arrivé!

Pour ce qui est de notre avenir,il se construira avec le temps... Et si, Val, ca ne dure que trois mois, pour moi ca aura value la peine quand même. Et si c'est pour la vie et bien ca sera une merveilleuse vie. J'en suis intimement persuadé. :)

Bonne chance à tous!

:)

Anonyme a dit…

Voilà déjà un certain temps que l'amant a floué l'autre. Il arrive quoi maintenant dans vos vies?

Anonyme a dit…

et la suite de l'histoire est ????????????